Naked 3, la revue

J’ai évoqué avant hier un invité surprise. Je devrais plutôt parler d’une invitée puisqu’il s’agit de ma soeur, fan de maquillage (je vous en ai parlé ici) mais surtout de la Naked 3. C’est pourquoi j’ai décidé de lui faire prendre la plume le temps d’un article. N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cette « collaboration ». Bonne lecture ! 

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui c’est à moi que revient la lourde tache d’écrire pour le blog de ma sœur ! Je suis très excitée, un peu inquiète aussi car c’est mon tout premier article mais ne paniquons pas, je vais vous parler de la Naked 3 comme personne. Oui, oui, en m’ayant choisi c’est un peu comme si elle avait fait appel à Christian Louboutin pour vous parler de chaussures ou encore à Elie saab pour vous parler de robes longues…. (mégalo moi ? je ne vois pas de quoi vous voulez parler…)

Trêve de plaisanterie les amis, rentrons dans le vif du sujet : la Naked 3 aka le graal !

Cette petite merveille m’a été offerte par ma sœur pour Noël (elle est géniale ma sœur n’est ce pas ?) [ndlr: ces compliments semblent sincères et n’ont pas été évoqués sous la torture ni la contrainte de l’invitée ], après que je lui ai fais quelques appels du pied afin de lui faire comprendre (pas du tout discrètement) que j’adorerai trouver la Naked 3 dans mon petit soulier. Il faut croire que ma sœur, ce lutin, a bien fait passer le message au père Noël car j’ai effectivement reçu la palette tant espérée.

Complètement surexcitée, j’ai ouvert le précieux paquet.

Ma réaction : complètement fascinée par les couleurs, les reflets, la variétés des teintes, m’imaginant déjà avec un maquillage de star…

La Naked étant livrée avec un pinceau (à double embout il est très doux et fait un beau fondu, je n’utilise d’ailleurs que celui là) je me suis tout de suite mise à tester les fards et croyez moi je n’ai pas été déçue. Pour trouver un peu plus l’inspiration j’ai épluché les vidéos de youtubeuses anglaises et américaines (là ou la palette était déjà sortie depuis quelque temps) mais je n’y ai pas vraiment trouvé mon bonheur tant les maquillages proposés y sont (sur)chargés… C’est très beau, certes, mais je ne me vois pas du tout aller à la fac comme ça (ni nul part ailleurs)

La palette est composée de 12 teintes allant d’un beige rosé  à un prune intense et pailleté.  Et voilà ce qui en est dit sur le site de Sephora “pour ce nuancier rose-doré, Wende Zomnir, fondatrice associée et directrice de la création d’Urban Decay, s’est inspirée d’une vague caressée par un soleil couchant, à l’heure où la luminosité rend toutes les femmes très belles”. Alors pour le soleil couchant je n’avais pas fait le rapprochement mais j’avoue que l’image est poétique et ne fait qu’ajouter une dose de charme supplémentaire à ce produit.

Je vous propose à présent de vous décrire les couleurs une à une en vous donnant une petite astuce maquillage au passage (de gauche à droite) :

–       Strange : c’est un beige rosé un peu satiné. Il est parfait pour mettre en coin interne ou encore au ras (inférieur) du sourcil pour ouvrir le regard et le rendre plus frai.

–       Oust : un rose hyper pailleté et assez poudreux. Faites attention quand vous le posez au risque de vous retrouver avec des paillettes sur les joues. Vous pouvez faire un aplat sur toute la paupière avec peu de produit pour apporter de la brillance. Pour un résultat plus pigmenté et festif, vous pouvez travailler le fard avec un pinceau légèrement humide.

–       Burn out : un très joli rosé irisé. Je l’utilise en aplat sur toute la paupière mobile pour un résultat assez discret mais lumineux.

–       Limit : rose avec des sous tons brun. Ce fard est très beau porté en creux de paupière pour donner de la profondeur et intensifier le regard. Je l’utilise généralement quand je fais ma paupière mobile avec la couleur Burn Out.

–       Buzz : couleur assez étrange qui m’a longtemps effrayée (n’ayons pas peur des mots). Dans la palette il apparaît comme un rose vibrant avec des reflets violet électrique mais une fois posé il se mue en une sorte de marron glacé avec des nuances de parme… mystère. J’avoue que je l’utilise rarement mais une fois encore il est très beau en aplat ou en ras de ligne supérieure (façon eye liner) pour un maquillage très discret mais avec tout de même une dose de peps.

–       Trick : c’est ici un doré pailleté qui tire vers le bronze. Je le met parfois en coin interne, d’autre fois en aplat sur la paupière mobile (avec un piceau très légèrement chargé), pour avoir simplement quelques reflets et pas deux boules disco à la place des yeux… Pour un maquillage de soirée vous pouvez cependant l’utiliser avec un pinceau légèrement humide pour plus de pigmentation.

–       Nooner : il s’agit un fard mat qui me fait un peu penser à une couleur bois de rose. Lui aussi est parfait en creux de paupière pour donner de la profondeur ou étirer le regard.

–       Liar : c’est la version irisée de Noner. Cette couleur est du plus bel effet sur toute la paupière sachant que le fard est très modulable et que l’on peu l’intensifier pour faire un petit smokey eye (portable en journée).

–       Factory : brun foncé irisé il est très beau en coin externe pour faire un outer V mais je l’utilise plus fréquemment en eye liner pour donner un peu de mordant au regard.

–        Mugshot : c’est un brun un peu marron glacé magnifique. J’avoue que c’est un de mes préférés que j’utilise en aplat léger.

–       Darkside : tout comme Buzz, cette couleur est longtemps (dit la fille qui a sa palette depuis seulement 2 mois) resté pour moi un mystère. A première vue, il me fait penser à un gris anthracite ou ardoise claire mais une fois appliqué c’est simplement un marron irisé très foncé.

–       Blackheart : c’est une couleur qui a fait beaucoup parler d’elle dans les divers articles que j’ai pu lire au sujet de la Naked 3. C’est une teinte superbe. En effet c’est un prune intense avec de minuscules paillettes bordeaux mais aussi dorées, une merveille. Je l’utilise en tant qu’eye liner (sur pinceau humidifié) tellement cette couleur est foncée et je ne me vois pas l’utiliser autrement que comme ça.

Pour conclure je dirais simplement que ma sœur m’a complètement comblée en m’offrant cette palette ce qui fait d’elle la meilleure sœur dont on puisse rêver (vu sous cette angle ça fait un peu matérialiste, mais elle a plein d’autres qualités qui justifie le titre de meilleure sœur au monde) ! La tenue des fards est impeccable, ils ne font que peu de chutes et la pigmentation est irréprochable.

Ca fait deux mois que j’ai ma merveille est je me surprends encore à la contempler avec un sourire béat dès que je dois l’utiliser. D’ailleurs je l’utilise le plus souvent possible et je m’amuse à changer tout les jours ou presque de maquillage (ce qui m’a fait sortir de ma routine eye liner adoptée depuis les années) et quand je n’ai pas ma palette avec moi je ressent comme un manque… je vous assure que c’est vrai… la Naked 3 serait elle devenue une drogue ?

J’espère que cet article vous aura convaincu et que vous aller vous précipiter dès à présent en abandonnant tout ce que vous êtes en train de faire (quitter un cours, le bureau, votre lit… peu importe) pour vous offrir ou vous faire offrir la Naked 3 !

Publicités

3 réflexions sur “Naked 3, la revue

  1. je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux je l’a veux !!!!!!!!!!!

    J'aime

Papotages

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s